syndrome du bébé secoué confinement maltraitance

Confinement et Syndrome du Bébé Secoué

Pendant ces 2 dernières années, les confinements nous ont montré une hausse des faits de maltraitances au sein de la famille. Nous avons tous entendu parlé de violences conjugales dans les médias. Qu’en est il des violences faites aux enfants et plus particulièrement des bébés secoués?

 

Quelle est la situation en France?

« Le service de neurochirurgie infantile de l’hôpital Necker à Paris constate une hausse alarmante du nombre de bébés secoués au premier trimestre 2021″, article de La Croix.

A partir de décembre 2020, les médecins constatent une explosion de prise en charge des nourrissons présentant des hématomes sous-duraux. L’hôpital Necker comptabilise 25 cas de bébés secoués au premier trimestre 2021 alors qu’habituellement il accueille entre 18 et 25 cas par an.

« La mortalité est passée de moins de 10% à 30% et nous constatons plus de lésions associées, poursuit le neurochirurgien »

L’hôpital Necker est un des plus gros centres hospitaliers de la région parisienne et seul centre d’urgences neurologiques. Cela pourrait expliquer qu’il constate autant de bébés secoués. Ces données sont d’autant plus inquiétantes qu’il est démontré que dans plus de  55% des cas, le secoueur va réitérer sont gestes de secouement, aggravant encore plus l’état de santé du bébé.

De plus, comme le rappel Santé Publique France, ces chiffres sont souvent sous-évalués car sont amenés aux urgences les cas les plus graves.

 

Quels sont les chiffres du numéro 119 (numéro Enfance en Danger?

Le 119 a connu une hausse de 56% des appels pour avril 2020 (61526 appels) par rapport aux mois précédents et 30% des informations transmises aux services départementaux de protection de l’enfance.

92,9% des formulaires traités en 2020 concernent des situations d’enfant en danger ou risque de l’être.
Pour les enfants en danger ou risquant de l’être de moins de 3 ans, 2564 sont des garçons et 2399 sont des filles.

Le syndrome du bébé secoué étant la première cause de mortalité des bébés par traumatisme crânien, ces chiffres font froid dans le dos (Haute Autorité de santé).

Il est délicat de conclure que les enfants de moins de 3 ans ayant subi une maltraitance physique ont été secoués. A part avoir des symptômes graves obligeant l’adulte a appelé le SAMU ou être emmené aux urgences, le ratio de bébé secoué par rapport aux appels reçus est encore inconnu.

Cette identification est d’autant plus difficile à faire que 98,5% des bébés secoués sont secoués en milieu clos ou l’adulte est seul avec le bébé (pediatrics).

En plus du confinement, la COVID a freiné la population de se rendre aux urgences ou voir des professionnels de santé, ce qui rend encore plus difficile la détection des cas de bébés secoués.

De plus, lors du premier confinement 2020, les parents étaient souvent confinés ensemble. Le nombre de cas de bébés secoués a été plus faible que pour les 2 autres fin 2020 et 2021. Les premières données des 2 autres confinements nous montre une hausse des cas de bébés secoués.

Même si il est encore trop tôt pour confirmer le nombre de bébés secoués pendant ces 2 derniers  confinements, une étude a été réalisée au niveau national, disponible dans Child Abuse & Neglect. Elle permet de confirmer que les maltraitances physiques concernent les mêmes profils d’auteurs et de victimes.

Cette étude a été également réalisée pendant la période de confinement entre mars et avril 2020. Les chiffres d’hospitalisation ont été comparés avec la période de 2017 à 2019 pour des enfants de 0 à 5 ans.

59% d’hospitalisation pour violences physiques en plus en comparant 2020 à 2018.

Les garçons sont plus maltraités que les filles à hauteur de 56%.

Les agresseurs masculins responsables de 60% à 70% des cas d’abus physiques d’enfants.

 

Qu'en est il à l'étranger?

Une récente étude dans Disease Childhood réalisée sur un centre hospitalier au Royaume Uni sur les traumatismes crâniens abusifs a montré une hausse de 1493% de cas de bébés secoués pendant leur période de confinement.

 

Confiné ou non, il est important de rappeler que l’adulte gardant l’enfant, si il se sent exaspéré
par le bébé, du à ses pleurs, à une extrême fatigue ou à un raz le bol général, doit passer le relai à une personne de confiance.

La situation actuelle de la pandémie en France amène le gouvernement à autoriser à partir du 1er janvier 2022 les assistantes maternelles à garder jusqu’à 6 enfants simultanément et 8 en comptant les enfants de moins de 11 ans de leur foyer. (Le Monde)

La situation de stress causée actuellement par la COVID et la charge mentale qu’amène à garder autant d’enfants risquent de peser lourdement sur l’accroissement de cas de bébés secoués. L’accompagnement des assistantes maternelles pendant cette période de crise devient obligatoire.

 

Que faire en cas d'exaspération?

Ne rester pas seul face à votre stress et vos difficultés.

Exaspéré, vous n’en pouvez plus:
-poser le bébé sur le dos dans son lit et quitter la pièce pour retrouver votre calme
-Appeler votre conjoint ou un ami de confiance pour prendre le relai
-Trouver l’action/l’activité qui vous permettra de retrouver votre calme (écouter de la musique, lire, prendre un bain chaud…)

Ensuite, une fois calmé, vous pouvez retrouver le bébé.

Besoin de parler, d’échanger avec des professionnels de santé, appelez le numéro de l’association Enfance et PartageAllô Parent Bébé au 0800 00 3456 (numéro gratuit et anonyme).

Ne rester pas seul face à votre stress et vos difficultés. 

Demander de l’aide ne fera pas de vous de mauvais parents, une mauvaise baby sitter, assistante maternelle.

 

Mots clefs: syndrome du bébé secoué, confinement, COVID, maltraitance, pleurs

A lire également

Vos commentaires sont les bienvenus!